Grand Paris Express : le matériel roulant a été choisi

0
689
Print Friendly, PDF & Email

En accord avec Île-de-France Mobilités, la Société du Grand Paris a désigné Alstom pour la réalisation du marché d’étude et de fourniture du matériel roulant pour les lignes 15, 16 et 17 du métro du Grand Paris Express. Le contrat, intégralement financé par Île-de-France Mobilités s’élève à environ 1,3 milliard d’euros pour le développement et la fourniture d’un maximum de 1 000 voitures (183 rames) qui seront déployées en deux versions de longueur de trains : des rames de 6 voitures sur la ligne 15 ; des rames de 3 voitures sur les lignes 16 et 17. Les premières rament sortiront d’usine dès 2022 pour les premières mises en service commercial prévues à l’horizon 2024.

Climatisés, les métros des lignes 15, 16 et 17 seront ouverts sur toute la longueur des trains et proposeront des outils d’information et des solutions de connectivité aux passagers grâce notamment aux prises USB de recharge pour les téléphones portables. Basées sur les solutions de la gamme Metropolis Alstom, les rames pourront transporter jusqu’à 500 passagers en version 3 voitures (54 mètres), et jusqu’à 1 000 passagers en version 6 voitures (108 mètres). Une attention particulière sera apportée pour optimiser la maintenance : le système de diagnostic embarqué remontera des informations sur l’état des équipements du train et donnera au personnel de maintenance une vision complète de l’état de la flotte, ce qui facilitera la planification des tâches de maintenance correctives et prédictives à réaliser entre deux services commerciaux.

Une attention toute particulière devrait être apportée sur les émissions sonores, les vibrations et émissions atmosphériques. Une minimisation des émissions de particules de frein sera réalisée grâce au freinage électrique jusqu’à très basse vitesse, limitant ainsi l’utilisation de disques de frein. Par ailleurs, la récupération de l’énergie de freinage contribuera à la recharge des batteries ou à l’alimentation du réseau électrique général. Enfin, le taux de recyclabilité devrait être de plus de 96 %.

Sur les 1 150 emplois pérennisés par le projet dans la filière ferroviaire française, 350 salariés Alstom travailleront en France sur ce projet dont 150 ingénieurs. Six sites français Alstom concevront et fabriqueront ce nouveau matériel. Le site de Valenciennes Petite-Forêt sera en charge du management de projet, des études, du développement, de la production, de l’assemblage et de la validation des trains. Cinq autres sites d’Alstom en France développeront et produiront les composants : Le Creusot pour les bogies, Ornans pour les moteurs, Tarbes pour les systèmes de traction, Villeurbanne pour l’électronique embarquée et le système de télémaintenance et Saint-Ouen pour le design.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez un commentaire
Renseignez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.