Marylise Lebranchu dit non à Paris Métropole concernant la révision de la loi « Grand Paris »

0
18
Print Friendly, PDF & Email

C’est un camouflet pour le syndicat Paris Métropole. À peine sa résolution votée le 16 mai, la ministre de la Décentralisation, Marylise Lebranchu, lui oppose une fin de non-recevoir. Interpellée par Patrick Devejian, député UMP des Hauts-de-Seine, qui relayait la position du syndicat mixte à l’Assemblée nationale aujourd’hui, Marylise Lebranchu en a appelé au calendrier en cours : « Je voudrais vous rappeler que la mission de préfiguration doit travailler. Cette mission doit répondre à des questions complexes, mais si nous commençons par dire : « parce que c’est compliqué, parce qu’il faut réfléchir et faire des simulations, on recule », alors la France n’avancera jamais! »

La ministre a par ailleurs confirmé la publication prochaine du décret sur cette mission de préfiguration (« Il est signé ») ainsi qu’un rendez-vous entre les élus de Paris Métropole et Manuel Valls mi-juin : « C’est effectivement complexe et le Premier ministre a décidé, parce que c’est complexe, de recevoir le syndicat Paris Métropole », avant de conclure : « Nous avons une formidable opportunité pour le Grand Paris et son rayonnement, une formidable opportunité pour que les Parisiens du Grand Paris parlent logement, transports, attractivité. C’est une formidable opportunité de solidarité entre les différentes collectivités, c’est complexe, c’est enthousiasmant, il faut avancer ! »

Vendredi dernier, Paris Métropole conditionnait sa présence au sein de la mission de préfiguration à la révision de la l’article 12 de la loi MAPAM instaurant la Métropole du Grand Paris. Son président, Daniel Guiraud, avertissait même : « Si demain l’État nous dit qu’il ne touchera absolument pas à l’article 12, il y aura un gros problème. S’il fallait sortit de la préfiguration, malheureusement nous en sortirions. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez un commentaire
Renseignez votre nom ici