Prévention des inondations : signature d’une convention cadre

0
378
Print Friendly, PDF & Email

Face au risque de crue centennale a été signé le 10 décembre le premier volet de la convention cadre 2014-2016 du Programme d’action de prévention des inondations (PAPI) de la Seine et de la Marne franciliennes.

Cette signature a réuni la Préfecture de la région Île-de-France ainsi que celles des départements de Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne, des Hauts-de-Seine, de l’Essonne et de la Seine-et-Marne autour de l’Établissement public territorial de bassin (EPTB) Seine Grands Lacs et de ses quatre membres administrateurs (mairie de Paris, Conseil général des Hauts-de-Seine, Conseil général de la Seine-Saint-Denis, Conseil général du Val-de-Marne) et de l’Agence de l’eau Seine-Normandie, représentante des autres financeurs.

Le PAPI, auquel l’Etat apporte un concours financier, est un dispositif permettant d’assurer la mise en œuvre d’une politique globale à l’échelle du bassin de risque. Les quatre membres de l’EPTB Seine Grands Lacs assureront la maîtrise d’ouvrage des actions qu’ils souhaitent réaliser à l’échelle de leur territoire tandis que l’EPTB Seine Grands Lacs s’occupera de la maîtrise d’ouvrage des actions à caractère interdépartemental et veillera à la cohérence et à la coordination de l’ensemble.

68 actions sont prévues sur la période 2014-1019 dans le cadre de ce PAPI. 26 d’entre elles sont déjà financées, comme :
– la création et développement d’un centre de ressources sur les inondations du bassin amont de la Seine ;
– la création, adaptation et mise à jour de 3 applications pour smartphones ;
– des démarches de communication ;
– une représentation des zones inondables en réalité augmentée 3D.

 

Le coût estimé du programme d’actions est de 110 millions d’euros. Le programme sera révisé à mi-parcours en 2016

 

Selon l’étude de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE – janvier 2014), les conséquences d’une crue majeure de la Seine sont évalués, selon les scénarios, de 3 à 30 milliards d’euros de dommages directs et affecteraient potentiellement, directement et indirectement, jusqu’à 5 millions de citoyens de la métropole francilienne

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez un commentaire
Renseignez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.