Vœux à la presse d’Anne Hidalgo : voitures, lobbies, Métropole et classes moyennes

0
63
Print Friendly, PDF & Email

Bientôt à mi-mandat, Anne Hidalgo veut accélérer à freiner les voitures en ville . Lors de ses vœux à la presse, ce 11 janvier, elle a réitéré ses volontés maintes fois commentées et même sorti l’arme de la menace.

L’enjeu environnemental étant pour elle le défi numéro 1 auquel Paris est confronté, sa maire veut y diviser par deux la place de la bagnole. « Plus de voitures, c’est plus de pollution ». Une vérité simple, une lapalissade, qu’elle a asséné en direction des « porteurs de post-vérité » qui auraient tendance à transformer les évidences en oxymores. Pour contrer les 4 roues, Anne Hidalgo fait d’abord confiance aux 2 roues sans moteurs : « Nous allons faire du vélo un véritable outil au service du déplacement des populations, et pas seulement du loisir. » Plus de pistes cyclables donc, dont deux très symboliques rue de Rivoli et sur les Champs-Élysées. On oubliera vite que la piste des Champs-Élysées fut déjà annoncée en 2013 sur le blog de Vélib’

Outre le fameux « tram-bus » sur les quais de Seine en 2018 (en fait un bus électrique en site propre), des navettes autonomes seront bel et bien expérimentées entre la gare d’Austerlitz et la gare de Lyon et une dizaine de Seabubble, le taxi volant au-dessus du fleuve, devraient être mis en service d’ici le mois de juin.

Avec le C40, le réseau mondial de grandes agglomérations mondiales qu’elle préside, la maire de Paris veut aussi organiser une rencontre au printemps avec les constructeurs automobiles sur les nouvelles mobilités, et créer un label pour les plus vertueux d’entre eux. Fustigeant les lobbies pro-carbone, elle a annoncé des « coming out qui les révéleront et diront de quelle manière ils opèrent. »

Du côté de la Métropole du Grand Paris, Anne Hidalgo entend approfondir le travail avec elle ainsi qu’avec le Forum métropolitain, nouveau nom de Paris Métropole : « La Métropole du Grand Paris (MGP) fait partie des enjeux démocratiques et nopus allons la conforter en 2017. » Pas question donc, pour elle, de laisser la place à une Région-métropole. D’abord parce qu’on ne saurait substituer à la MGP autre chose qu’une intercommunalité : « La Métropole est d’abord l’affaire des maires qui sont les élus en qui les citoyens ont le plus confiance. » Ensuite, parce qu’une Métropole de la taille de la région Île-de-France courrait le risque de devenir une mégalopole à l’expansion urbaine incontrôlable.

Enfin, peut-être échaudée par les derniers chiffres de l’INSEE, la maire de Paris veut à tout prix conserver intramuros les classes moyennes « qui sont le ciment de Paris » et fait confiance pour cela aux 7 000 logements sociaux à créer par an. Le Conseil des générations futures créé en 2015 doit aussi lancer en ce début d’année une grande enquête en open data sur les Parisiens. « Pour savoir qui nous sommes », a sobrement commenté Anne Hidalgo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez un commentaire
Renseignez votre nom ici